Méthodologie pour l'épreuve écrite de spécialité, série STMG

1. Nature de l'épreuve

• L'épreuve écrite de spécialité porte sur le programme de « Sciences de gestion » de la classe de première et sur le programme de l'enseignement spécifique lié à la spécialité de la classe de terminale (STMG) : « Gestion et finance », « Mercatique », « Ressources humaines et communication » et « Systèmes d'information de gestion ».
• L'épreuve dure 4 heures et représente un coefficient 6.
La partie écrite est notée sur 20 points.
• Le sujet, fondé sur l'analyse d'une ou plusieurs situations de gestion dans la spécialité, comporte deux parties qui doivent pouvoir être traitées de manière indépendante.
La première partie
À l'aide de la documentation fournie, le candidat doit répondre aux questions posées et proposer des solutions en tenant compte du contexte et des contraintes définies par le sujet.
La deuxième partie
Le candidat doit répondre à une question relative à une problématique de gestion, en lien avec les situations du sujet et les thèmes abordés dans la première partie.

2. Prise de connaissance du sujet

• Tout d'abord, le candidat doit étudier rapidement les pages de présentation et les questions des différentes parties afin de faire une estimation du temps à passer sur les différents dossiers. Il faut vérifier si toutes les annexes sont présentes dans le sujet. Les dossiers peuvent être traités dans le désordre.
• Il est indispensable de prendre longuement connaissance du contexte pour trouver les réponses appropriées aux questions posées.
2.1. Pour la première partie
• Il est important de lire attentivement chaque dossier avec un surligneur.
Structure
Chaque dossier est introduit par un contexte essentiel à la bonne compréhension de la question de gestion. Repérer les éléments essentiels à la réflexion.
Capacités mises en œuvre
Chaque question doit permettre au candidat de mener une réflexion sur un ou plusieurs thèmes.
Les capacités attendues sont :
  • analyser une situation de gestion ;
  • produire, utiliser, interpréter et contrôler l'information ;
  • proposer, présenter et justifier une solution ;
  • mettre en œuvre les méthodes, les techniques et les outils appropriés ;
  • en montrer l'intérêt et les limites.
Programme
Dans chaque dossier et à chaque question, repérer et surligner les termes spécifiques à la spécialité reprenant des connaissances.
Il faut cerner les parties du programme abordées pour ne pas faire du hors-sujet ou donner une réponse trop courte.
Des questions mettent en œuvre le programme de Sciences de gestion de première STMG et de spécialité de terminale STMG.

• Utiliser la méthode de la lecture active pour repérer et annoter les annexes en surlignant de couleurs différentes les éléments qui se rattachent au programme de sciences de gestion de première et de spécialité de terminale.
• Repérer les articulations (« mais, où, et, donc, or, ni, car ») et la ponctuation pour comprendre les questions de gestion.
2.2. Pour la deuxième partie
Structure
Le candidat doit répondre à une question relative à une problématique de gestion, en lien avec les situations du sujet et les thèmes abordés dans la première partie.
Capacités mises en œuvre
Les capacités attendues sont :
  • raisonner en confrontant ses connaissances générales en gestion à des situations particulières d'organisation ;
  • examiner les conditions de transfert des méthodes, des techniques, des outils à d'autres contextes organisationnels ;
  • rédiger une réponse synthétique, cohérente et argumentée.
Forme
Dans le sujet, une courte introduction permet de donner les éléments de contexte utiles à la compréhension de la question de gestion.
Il n'y a pas d'annexe.
La réponse argumentée doit représenter deux pages maximum. Il est inutile de faire un plan structuré, seule, une petite introduction peut démarrer l'argumentation.

• Il faut réserver du temps à la deuxième partie pour avoir la possibilité d'argumenter et d'apporter des connaissances personnelles.

3. Préparation des réponses

• Pour la première partie, préparer un brouillon pour les questions afin de :
  • mettre en œuvre les méthodes, les techniques et les outils nécessaires ;
  • faire les calculs éventuels ;
  • préparer les solutions attendues ;
  • trouver les intérêts et les limites des différentes solutions.
• Pour la deuxième partie, le brouillon est nécessaire pour rédiger la courte introduction et lister les différents arguments trouvés sans les rédiger totalement.

4. Rédaction des réponses

• Il est possible de prendre les dossiers dans le désordre mais il faut bien les signaler sur la copie pour le correcteur.
  • Aérer la rédaction, soigner l'écriture, corriger les fautes d'orthographe et de syntaxe :
  • justifier toutes les réponses pour démontrer ses connaissances ;
  • utiliser un vocabulaire précis de la spécialité ;
  • pour les calculs, démontrer le raisonnement jusqu'aux résultats ;
  • possibilité d'utiliser un tableau pour certaines réponses.
• Réserver du temps en fin de composition à la relecture pour corriger les dernières fautes d'orthographes et réfléchir à la pertinence des réponses. Contrôler la lisibilité de la copie.

5. La partie rédactionnelle

• Le candidat doit répondre à une question relative à une problématique de gestion, en lien avec les situations du sujet et les thèmes abordés dans la première partie.
• Cette deuxième partie vise à évaluer les capacités du candidat à :
  • raisonner en confrontant ses connaissances générales en gestion à des situations particulières d'organisation ;
  • examiner les conditions de transfert des méthodes, des techniques, des outils, à d'autres contextes organisationnels ;
  • rédiger une réponse synthétique, cohérente et argumentée.
• La réponse du candidat doit comporter une courte introduction qui sert à poser la problématique de gestion dans le sujet.
Cette problématique est ancrée dans le cas qui a été proposé en première partie.
Elle renvoie cependant à un problème qui n'a pas été traité spécifiquement dans la première partie.
Elle n'a pas de caractère opérationnel → rapport aux savoirs, on conceptualise.
• La réponse du candidat doit être synthétique pour apprécier l'efficacité de l'argumentation.
Il n'est pas attendu une forme particulière d'écrit. La réflexion doit être nécessairement argumentée, mais toute forme est acceptable – liste d'arguments, par exemple.
• Un argument se présente en trois parties :
  • affirmation de l'opinion de l'élève sur la problématique ;
  • explication de l'opinion avec des connaissances ;
  • illustration de l'argument avec des exemples.