Méthodologie pour l'épreuve écrite d'économie, série STMG

1. La nature de l'épreuve

L'épreuve d'économie-droit au bac STMG dure 3 heures. Son coefficient est de 5. Notée sur 20 points, elle est composée de deux parties indépendantes :
  • l'une en économie,
  • l'autre en droit.
Chacune de ces parties peut être traitée en 1h30. La libre appréciation de la gestion du temps est, toutefois, laissée au candidat.
• Chaque partie du sujet remis au candidat se présente sous la forme d'un dossier composé de plusieurs documents accompagnés d'un questionnement portant sur un ou plusieurs des thèmes abordés dans le programme de 1re et de terminale.
Selon la nature du dossier, il peut être demandé de répondre à une question générale dans une partie rédactionnelle, ou de résoudre un cas dans une partie analytique.

2. La partie rédactionnelle

• Une réponse organisée à un problème posé à partir de ses connaissances, tout en s'appuyant sur la base documentaire proposée dans le sujet est attendue. Dans ces conditions, il convient de définir le sujet, de mobiliser ses acquis et de préparer le plan de sa réponse.
• Il sera demandé au candidat de structurer et d'organiser ses idées selon la méthodologie de son choix. Toutefois, il serait judicieux que ce dernier adopte la méthode du développement structuré : introduction, développement, conclusion.
2.1. Introduction
• L'introduction a pour finalité de présenter en quatre points le déroulement et l'enchaînement des idées.
• Par conséquent, il s'agit  :
  • de préciser le contexte du sujet posé ;
  • de définir les termes principaux  ;
  • de délimiter la problématique, c'est-à-dire de déterminer en une phrase l'ensemble des questions que l'on va traiter ;
  • d'annoncer le plan.
2.2. Corps du développement
• Le développement comporte deux parties pouvant être découpées en deux ou trois sous-parties.
• Chaque partie et sous-partie peut être annoncée par un titre qui en précise le contenu.
• Pour trouver des éléments de réponse, il existe une méthode très simple qui consiste à se poser un certain nombre de questions : qui ? quoi ? quand ? comment ? Combien ? pourquoi ? conséquences ?
• La réponse à ces questions associée à vos connaissances permet de développer le sujet.
2.3. Conclusion
• Elle comprend deux parties :
  • la synthèse des idées essentielles ;
  • l'élargissement du sujet à un thème proche et complémentaire.

3. La partie analytique

3.1. Présentation
• Cette épreuve prend la forme d'un questionnement auquel il faut répondre à l'aide du dossier documentaire constitué de documents de natures et de sources diverses : graphiques, tableaux, textes… provenant d'articles de journaux, de revues, d'ouvrages, d'institutions (FMI, INSEE, ONU) et de sites Internet.
3.2. Étude d'une documentation
• Il s'agit de comprendre les documents en recherchant les mots-clés et en replaçant le sujet dans le cadre de ses connaissances.
• Il est recommandé de porter attention à l'intitulé des questions :
  • commentez : interprétez ;
  • comparez : distinguez les ressemblances et les différences ;
  • démontrez : expliquez le raisonnement ;
  • distinguez : précisez la singularité des éléments en les séparant ;
  • expliquez : rendez la réponse claire et compréhensible ;
  • montrez : présentez les éléments d'une façon évidente ;
  • justifiez : apportez au raisonnement les preuves de ce que vous avancez ;
  • analysez : mettez en évidence les rapports entretenus entre les différentes parties d'un tout.
3.3. Prise de connaissance d'un texte
• Il faut d'abord s'attacher au découpage des textes (leur structure de rédaction propre) car ils sont constitués la plupart du temps de paragraphes véhiculant une idée de base.
• Il convient de souligner les mots et expressions importants, entourer les chiffres clés et noter des remarques utiles sur le côté du texte.
• Ce travail préalable permettra de citer des extraits de texte pour répondre à la question (en les mettant entre guillemets), tout en évitant la paraphrase.
3.4. Approche de tableaux ou de graphiques
• Il est indispensable de prendre connaissance du titre, de la source, de la date et du genre du document proposé (graphiques sous forme circulaire, tableaux à double entrée…), tout en maîtrisant sa présentation (abscisses et ordonnées exprimées en chiffres ou en pourcentage…).